UA-64292586-2
top of page
Rechercher
  • Pascal Ivanez

Naissance

Le passage était trop étroit pour que je puisse passer.... Et en même temps, je ne pouvais pas faire Demi-tour...
Naissance

Il y avait cette force derrière moi qui me poussait vers l'avant...

Puis ce hurlement de douleur qui venait de partout à la fois, me tétanisant les muscles...

J'étais coincé, là.

Ensuite, je les ai entendues avant de les voir...

Un bruit de raclement et de suintement...

Ce mélangeant au hurlement avec cette sensation que les parois étant Vivantes, vibrant la souffrance, le stress, l'inquiétude...

Et je les vis enfin, deux crocs scintillant, gluant, froid qui s'insinuait dans le passage, lentement comme pour vous hypnotiser, comme pour influer de la terreur....

J'étais coincé là, ne pouvant m'enfuir...

Aucun choix intéressant ne s'offrait à moi...

Alors, j'ai fait la seule chose possible que je pouvais faire...

Pour ma survie, pour la survie de mon espèce : mourir ou plutôt me mettre en Thanatos.

J'imagine que les crocs m'ont attrapé, car quand je me suis réveillé, j'étais hors du passage tenu par les pieds par... WAOUH !!!

Un géant !

Un géant en bleu avec un truc sur la tête et des mains différentes des miennes qui venaient percuter mes fesses...et cette lumière qui me brûle les yeux aaaaH!.

La douleur....

Ce fut la douleur qui m'a fait sortir de mon état.

Ce fut sous la douleur que j'ai repris vie.

Cette vie que j'ai aspirée par la bouche qui est venue râper contre ma gorge pour finir en pression dans mes poumons, se mélangeant à mes cris.

On m'avait chassé/arraché hors de chez moi sans me laisser le choix et sans me demander mon avis dans la contrainte et la souffrance pour ainsi me retrouver dans un monde inconnu entouré de géants.

Pour vivre, je devais sentir la douleur.

Pour vivre, je devais crier.

Pour vivre, je devais sentir cette pression dans mes poumons.

Des années plus tard, je devins fumeur.

Je devins claustrophobe.

Je devins une tête brûlée.

Je devins un être de la nuit.

Tout en étant tout le temps en mouvement, comme le monde qui tourne ou le cœur qui bat dans notre corps, car sans cela, la terre se meurt, le corps se meurt, je meurs.

Je n'étais pas instable, j'étais la vie. Je suis la vie.


Et vous, quel est votre histoire, quel est votre vie ?

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page