UA-64292586-2
 
Rechercher
  • Pascal Ivanez

Aventurier

Vous êtes vous déjà demandé :

Qui vous étiez…

Qui vous étiez au plus profond de vous-même…

Qui suis-je au plus profond de moi-même…

Dans ce monde qui ne tarit pas d'éloges sur vous, sur moi, sur nous et qui pourtant nous a fait naître, évolué, mourir… et dont nous sommes le sauveur…

Sauveur d’un monde … Moi ! Vous ! Nous ! des super héros !

Ai-je l’air d'être un super héros?....

J’ai plutôt l’air d’un torchon qu’on a maintes fois lavé et essoré…

pascal ivanez menton

Le magnifique chevalier dans son armure étincelante, à la voix d’orateur sur son beau destrier et son épée de lumière…

Le super costume qui met en valeur les pectoraux, les biceps et ayant tout un tas de capacités hallucinantes…


Que ferait-on pas, pour embellir et donner un moyen de s’évader de cette réalité qui n’a rien à voir avec ce qu’on nous montre à la télévision ou sur les réseaux sociaux….


S’évader… Êtes vous dans une prison ?


Je suis né libre le jour où je suis sorti du ventre de ma mère et depuis j’ai toujours été libre.

Libre de mes actes, libre de choisir, libre de vivre, libre de créer, libre de mes pensées, libre de m’accepter, libre de m'emprisonner…


Chaque individu est unique et doit vivre sa vie à travers ses expériences, ses croyances, son éducation, ses choix, ses responsabilités, ses filtres, ses blessures, ses jugements.

Nous avons tous un parcours différent avec parfois quelques similitudes.


Mon parcours n’est pas si différent… rebelle assez jeune, le monde ne me convenait pas, je ne le comprenais pas… j’y étais pas à ma place, d’ailleur avais-je une place ?...


Perdu entre le monde de la matière et le monde de l’invisible ne sachant où me positionner.

Savoir… est-ce bien, si nous pouvons rien révéler…car nous devons vivre l’expérience…


Ayant hérité de certaines capacités, comme les rêves prémonitoires, de ressentir les choses et de savoirs, puis de pouvoir voir un avenir…

De voir un avenir, d'un futur potentiel sur une ligne de temps…et ?...

Dois-je dire ce que je vois, influençant ainsi… pour finalement changer ce futur…

Dois-je dire juste un peu, sans influence…

Que faire de tout cela…A qui en parler….


Je me souviens que parfois en soirée, on me proposait si je voulais sniffer, là dans les toilettes du pubs ou de la boîte, ou à rester 3 plombes à attendre qu’ils aient tous eu leur dose… non merci j’ai pas besoin de cela pour m’évader, je peux le faire sans substance…


je suis rentré dans la vie active assez vite, à quoi bon les études !....

Apprendre l’anglais…. Je vis en France…

Apprendre la science… je veux être scientifique !

Apprendre l’histoire… laquelle ? des gagnants, des perdants, des politiciens ?…

Apprendre quelle personne je serai plus tard…. on apprend cela à l’école !

Apprendre un métier…. j’ai eu un tas de métiers…


Décidément je ne comprends rien… Je suis un incompris… je suis malade ou handicapé ?... fou peut-être…


J’ai tracé ma route avec les cartes que j’avais en mains qu’elles soient bonnes ou mauvaises…


Est-ce que j'étais une bonne personne…

Est-ce que j’ai été une mauvaise personne…

Peut-être un peu des deux…


J’avais l’habitude de dire que j’étais une personne stable, mais que ma vie, elle ne l’était pas…


Impermanence…


Toujours par vent et par mont, toujours à bouger, à changer de boulot, (j’ai un cv qui fait 4 pages rien que de tafs, tellement que j’ai touché à tout), à ne pas supporter l’autorité, a ne pas supporter les cons, les ingrats, les imbus de leur personne, l’injustice…

Délégué syndical régional, monter aux créneaux : ah ! ça ira, ça ira… blacklisté par l’état…


A changer de région, de lieu, de maison, de voiture, de femme…


Je détestais les drageurs, les mecs qui chassaient les femmes comme ils disaient, pour leur collection…


Jusqu’au jour où je me suis aperçu que j’étais devenu un chasseur….prise de conscience…

Pas jolie du tout….


J’ai été infidèle, j’ai été cocufié, j’ai été abandonné, j’ai été humilié, j’ai été jaloux, j’ai été jalousé, j’ai été amoureux, j’ai été giflé, j’ai été amant, j’ai été aimé, j’ai été détesté, j’ai été manipulé,…

J’ai été en couple, j’ai été célibatiare, j’ai été marié…


J’ai de beaux enfants dont je suis très fier.

j’ai adoré les calinés, les poupouners, les bercers, leurs donner le biberons, rester la nuit près d’eux pour qu’ils s’endorment, leur construire des choses, jouer avec eux, les sentir, vivre avec eux, les élever, leur apprendre des choses, faire des bêtises avec eux, avoir peur pour eux…


Ils ont grandi une petite partie de leur vie sans leur père, même si j'étais quand même présent par garde alternée ou weekend alternée et même si à une certaine époque les juges refusaient systématiquement la garde au père (tout les pères ne sont pas des salauds). avocat, bataille juridique…


Nous avons tous une/des expérience(s) à vivre, qu’importe l'âge…


J’ai vécu un tas de choses, peut-être trop de choses…

Pas encore 20 ans et déjà désabusé de la vie, l'étincelle ayant disparue de mon regard….

Pour le remplacer parfois par de la tristesse, de la mélancolie, de la colère…


Colère héritée de mon grand-père maternel : colérique.

Colérique qui m'a valu bien des bagarres, dans la rue, dans les bals, dans les boîtes de nuit :

le champion… ça doit en parler à quelques-uns…

Je me souviens dans les boîtes de nuit sur la piste de danse, les clans à face face et les champions au milieu…


Cette colérique ma bien souvent sauvé la vie…mais…

un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, ça vous parle ?...

J’ai alors décidé, de la maîtriser, de l'apprivoiser...mouis plus facile à dire qu’à faire…je me suis dirigé vers les arts martiaux, vers différents art martial…puis j’ai fini par l’enfermer au fond de moi-même…


et avec, une partie de mon Être…


Je me souviens que j'ai été un gamer pendant quelques années. Un spécialiste du MMORPG online.

Mon tout premier jeu fut Guild Wars…

Suivie de tout plein d'autres…

J'ai créé un monde virtuel…

J'ai créé un personnage… Tryuun.

J'ai créé une réputation…

J'ai créé des guildes, créé des sites, créé des révolutions…

J'ai créé des histoires (certaines peuvent être lu sur le blog de mon site pro)

J'ai créé une vie, une vie virtuelle…jusqu'au jour où ce virtuel est devenu réel…et le réel virtuel.

Fuite….

Alors je me suis rattrapé.

Puis j'ai dit au revoir à Tryuun et bienvenue à Pascal.


Changement d’époque… quand seule votre réputation suffisait, que le dialogue ne suffit plus, que la personne en face de vous n’a pas conscience qu’elle à déjà perdu, portée par ses camarades, ou sa connerie, devoir de nouveau se salir les mains…putain ! j'ai plus l'âge pour ces conneries !


Pourquoi tant de violence ! Parce que nous sommes des guerriers ! des hommes ! Ma bite et mon couteau !...


Je suis un homme qui pleure, qui ressent, qui aime, citoyen du monde et de l’univers.


La vie m'a emmené là aujourd'hui, en passant par des hauts et des bas, par des dépressions, des compréhensions, par la douleur, des trahisons, par des moments de bonheur et de souffrance…


La souffrance physique, le corps qui lâche, moi qui était si robuste… aliter, paralysé, des grosses douleurs à vous taper la tête contre le mur… bien sûr il y aurait pu avoir soulagement par les médicaments, un traitement de cheval à base de morphine…mais je prends aucun médicament, les seules fois ce fut quand j’étais jeune.


Pourquoi me direz-vous ?


Pour éviter la dépendance comme souvent cela arrive et puis aussi pour donner le moins de substances chimiques (autant que se peut) à mon organisme, car le corps est une véritable machine digne des plus grandes orfèvres et que nous pouvons faire de belle chose si nous arrivons à harmoniser corps âme esprit.


Certes je suis tatoué et même vacciné de l’enfance ou de l'armée… Pour bien faire, il aurait fallu que dès ma naissance avoir eu le droit de décision, notre défaut est de croire que nous avons le droit d’imposer nos croyances sur les autres, ce qui est bon pour moi, ne l'est pas systématiquement pour l’autre, qu'importe l'âge.


Et puis pourquoi imposer, contrôler, juger ? Avons nous vraiment besoin de ça pour vivre ? Sommes-nous les gardiens des autres ? Sommes-nous leurs sauveurs ?

Est-ce leur vie ou notre vie que nous devons vivre ?

De qui sommes-nous responsables ?

De nous ou des autres ?

Pourquoi devrions nous être responsable des autres s’ils doivent vivre leur expérience…

Pourquoi devrait-on imposer, contrôler, juger et être responsable de ma vie…


De se faite aucune opération ne fut envisagée, car elle ne put réussir, et que de toute façon d’après les chirurgiens avec ou sans, une rééducation serait du miracle, car dans la plupart des cas, la motivation n’existe plus et que votre vie se finit dans un fauteuil roulant…


Ben tiens ! Créer la dépendance…


De qui ai-je envie d'être dépendant ? des autres, de la société, des substances ou de moi ?...

De moi bien sûr, puisque je suis responsable de ma vie, alors j'assume et je mets en fonction toute cette belle machine qui est mon cerveau…


Plus facile à dire qu’à faire, je vous l’accorde. Comment se programmer pour supporter la douleur quand le moindre petit mouvement déclenche cette douleur, comment se motiver à surmonter les épreuves pour pouvoir de nouveau marcher, courir, danser….


Comment imaginer dans sa tête, la façon de pouvoir faire ses besoins ou de se laver, passer des heures pour arriver à s’installer au wc en serrant les dents, en transpirant de grosses gouttes se mélangeant aux larmes, à vous coller la tête contre le mur pour avoir de la fraîcheur, à recommencer et recommencer pour trouver la bonne position…


Des années de rééducation, de motivation, d’effort, d'imagination, de persévérance, de démotivation…


Quatre longues années, 1460 jours à vouloir redevenir la personne que j'étais…

Mais on n'en revient jamais, on change, on apprend, on évolue, on comprend… Et on apprécie la vie…


Cette vie qui est là pour nous aimer, et non pour nous emmerder. Ceux qui nous emmerdent c'est les cons avec leurs croyances de vouloir imposer. Bientôt y aura une taxe sur nos vies pour avoir le droit d’exister…Comme une taxe sur l’air pour avoir le droit de respirer...à mince ! ça c’est déjà fait….ou l’eau ou la nourriture….ça aussi c’est fait !... Mouais… en fait je paye déjà le droit de vivre et d'exister…


Le monde serait-il fou…

Ou plutôt les humains qui peuplent ce monde…


Je suis un terrien qui vit sur la planète terre et pour avoir le droit d'exister, je paye une taxe…

Une taxe sur l’air qui est pollué…

Une taxe sur l’eau qui est aussi pollué…

Une taxe sur la nourriture ou plutôt sur de la mal bouffe…

Une taxe sur la santé pour que je puisse vivre et payer des taxes pour éviter que mon corps disparaisse…


Puis je fais payer une taxe aux personnes qui viennent me voir pour les aider pour que je puisse moi même payer une taxe d’exister pour pouvoir aider les personnes dont je taxe…


Le serpent qui se mange la queue…sauf que j’ai décidé de ne plus manger la mienne…et pour cela il faut commencer par se changer soi-même, alors j’ai appris.


J’ai appris ce qui m’avait sauvé pour mettre en application, et aider les personnes comme moi et pour que peut-être, ils fassent même mieux.

J’ai appris à me redécouvrir, j’ai appris à ne plus me prendre la tete, j’ai appris à me faire confiance, j’ai appris que j’étais créateur, j’ai appris que le mental à de l’égo et que l’égo est la destruction de l'être, j’ai appris à y aller lentement que la vitesse ne sert à rien, juste à galvaniser son égo, j’ai appris à laisser le stress, l'angoisse de côté, j’ai appris que j’avais les clés de ma vie, de ma réalisation.


51 ans, 51 ans d’expérience, d’apprentissage et j’en ai pas fini…


Je me souviens de ces matins ou se lever était un calvaire, tellement la douleur était présente, de me demander comment j’allais pouvoir tenir toute une journée au taf… de mettre un pied devant l’autre puis un autre et un autre…suis-je en droit de laisser tomber, de me laisser tomber, si je me laisse tomber comment je me relève….me relèverai-je…


Quand l'inconfort du corps vous rend impatient.


Quand on a été déconstruit comment fait-on pour se reconstruire, quand tout ce que l’on croyait s'effondre, plus de repère, quand nos blessures intérieures nous rendent fou, quand les blessures du cœur vous déchirent de l'intérieur…comment fait-on pour se redresser et pourquoi doit-on se redresser si cela doit recommencer…


Pourquoi devrais-je mourir puisque je me sue à payer une taxe pour exister…

Et en même temps pourquoi exister si c'est pour suer à payer une taxe….


Alors j’ai appris que nous pouvons exister sans payer de taxe, que ce monde là existe à l'intérieur de chacun de nous et que dans ce monde, nous sommes tous libres et égaux.


Alors j'ai fait un choix, j'ai pris mon courage à deux mains et j’ai pris mon envole…


Quand je pense qu'étant enfant, j'étais timide…

Quand je pense que dans mes moments de noir, je me servais du jack…dansant dans le jardin sous les étoiles du firmament, pleurant sur mon sort…

Quand je pense qu'il me fallait du porno pour prendre du plaisir…

Quand je pense que je devais me lever à 3h30 du mat pour aller bosser…

Quand je pense que je me faisais sermonner par mon supérieur…ou les clients…

Quand je pense que j'enchaînai soirée sur soirée…

Quand je pense que je roulais vitre ouverte, musique à fond sur l'autoroute après avoir fini de bosser la nuit et que j'étais content de ne pas travailler dans la journée, en voyant tout cette embouteillage de l'autre côté, une personne par voiture…tous côte à côte et en même tant si éloigné…

L'individualisme…


Alors, j'ai fait un choix de vivre avec mes convictions, d'être autant que possible créateur de ma vie, dans le monde que je choisis.

Et d'essayer au mieux d'aider, de partager par rapport à mon vécu.


Mainte fois je suis mort, mainte fois j'ai ressuscité…

Je suis mort après chaque relation quelle qu'elle soit, j'ai ressuscité peau neuve pour recommencer une nouvelle relation.

Renaître de ses cendres d'expériences…



C'est dans la déchéance, dans la noirceur au plus profond de nous même, dos au mur, au fond du fossé, où on aperçoit l'étincelle qui plante une graine…

Graine qui va faire germer… ce nouveau Moi… cet être qui décide que cela suffit…

Cet être, Ce nouveau Moi qui sort, non pas d'un chapeau, mais de toute une multitude de décisions, de choix, de réflexions, de larmes, de ras bol, d'expérience négative, de ratage…


Et qui dit : STOP ! Une vie on n'en n'a qu'une… que va tu décider maintenant ?...


Et j'en suis là aujourd'hui à 51 ans, en me disant qu'il me reste encore 100 ans à vivre et qu'elles vont être mes plus belles années en votre compagnie.


Sauf que j'en ai pas fini avec moi-même…j'ai encore des choses à régler…ça sera peut-être les plus difficiles…que cette carapace, cette armure qui c'est mise en place il y a tant années pour éviter de ressentir les blessures, ne s'est finalement pas enlever totalement…

Cette armure qui m'empêche de voir qui je suis réellement, qui m'empêche d'obtenir ma place…

Cet armure qui est le dernier vestige d'un passé…d'un passé que je croyais révolu…


J'ai été un guerrier, j'ai été un roi parcourant les contrées à la défense de la veuve et de l'orphelin, bataillant sans me soucier un seul instant de mes sentiments, de mes émotions pour les avoir enfermés profondément à l'intérieur de moi…croyant qu'il en serait toujours ainsi…genoux à terre, on se relève, on avance…à bat l'injustice! à bat l'intolérance !…

Mais plus je bataillais et plus je me perdais dans les abîmes de mon désespoir, du désespoir de ma soif de combattre, car c'était la seule chose que je savais faire…guerrier…guerrier…guerrier.


Puis le guerrier rencontra l'amour et il devint fou, fissurant son armure…et se perdant dans les abysses…

Puis il rencontra à nouveau l'amour, mais perdu, il ne sut le reconnaître…

Puis il rencontra une nouvelle fois l'amour et dut faire un choix, car l'appel du renouveau sonna en lui…

Puis l'amour vint à sa rencontre, à la rencontre du guerrier déchu, perdu dans le tourbillon de sa destinée…

Il l'accueillit au creux de ses bras, l'enveloppant chaleureusement, car il chérissait cette femme qui n'était autre que la moitié de lui-même…

Avec son lot de blessures et de vécu, car elle était elle-même une guerrière, une reine…

L'un et l'autre devinrent le miroir de chacun reflétant leur propre existence…

Et leur existence reconnut les guerriers en eux et les fit s'affronter…

Ultime passage pour leur évolution…

Ultime test pour leur reconnexion…

L'affrontement dura une éternité sans qu'aucun des deux ne cède du terrain…guerrier…guerrière…


Puis la reine prit la décision d'enlever son armure et d'ouvrir son cœur, elle attendit…

Elle attendit l'amour ou l'épée…

Le roi fut désemparé, pris par la frénésie de la bataille, mais jeta son épée et lui offrir son amour…un amour maladroit, un amour perdu…

Alors la reine lui demanda de prendre sa place de roi à côté d'elle, pour gouverner ensemble dans leur nouveau royaume…

De prendre sa place de roi…

Mais le roi resta là, figé ne sachant comment faire…

Cette place qu'il a tant cherché partout…se présenta à lui et lui ne sut quoi faire…


Chacun de nous à droit à sa place, car nous avons tous notre propre royaume à gouverner.

Ce royaume c'est notre existence, notre vie et de ce que l'on en fait.

Le jour où notre heure sonnera, de pouvoir regarder en arrière et apprécier ce que l'on voit…au lieu d'avoir des regrets.


Pourquoi préférer le confort connu d’une existence morose à l’aventure risquée d’une vie à inventer…

Pourquoi se limiter à faire ce que l’on nous demande…

Pourquoi éviter la reconnexion avec soi-même…


Cette place me revient de droit, un droit de naissance, un droit d'existence et je la prends.


Je la prends parce que je suis un aventurier et non un conformiste.

Je la prends parce que j'en ai les capacités.

Je la prends parce que c'est ma vie et que personne d'autre ne pourra la vivre à ma place.


Alors amis de l'aventure prenez votre place et tenez vous prêt, car l'aventure nous attend !

83 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout