UA-64292586-2
 
Rechercher
  • Pascal Ivanez

Le monde de Florensia


Livre de Tryuun


Chapitre 1 Je me prénomme Tryuun et j’ai 10 ans. Je vis à Roxbury sur l’île de Cardiff petit village de pêcheurs qui, suite avec un traité contre les pirates reçut la charge de port d'escale pour les marchands en route pour Magnel. Dès lors, le village paisible devint un comptoir de commerce animé au port fourmillant de voyageurs.


Mon père Auum mercenaire et ma mère Thaye prêtresse trouvèrent l’occasion de mettre leurs compétences au service de la protection comme garde du corps.


Leurs missions les amenèrent souvent à parcourir le monde de Florensia, sous la bannière de la guilde AùBoùtDùMonde. Sans le soutien et la puissance d’une guilde, il était souvent difficile de se procurer du matériel, des armes et équipements de qualité et des laissez-passer, cette guilde devenait une deuxième famille, elle me prenait sous sa protection quand mes parents partaient en mission.

...Cela faisait 3 semaines qu’ils étaient partis…


…Comme tous les matins, je faisais un détour par le port avant d’aller à l’école avec l’espoir de voir leur bateau amarrait au quai, comme chaque matin mes yeux s’embrumèrent…


… Les jours passèrent…


… Ni les voyageurs, capitaine de bateau ou la guilde n’avaient de nouvelle…


… Puis des semaines…


… Et un jour le Maître de la guilde qui était une belle jeune femme a la souplesse d’un félin et au trait endurci par les combats, vient me voir après l’école pour m’annoncer la disparition officielle de mes parents...leurs corps n’avaient pas été retrouvés.

La seule chose dont je me souviens de ce jour-là, fut les deux magnifiques pistolets passaient à la ceinture de la jeune femme. Ce fut également ce jour-là que je devins sous la tutelle de la guilde...

… J’ai 16 ans et aujourd’hui je deviens membre actif de la guilde en tant qu’explorateur. Chaque membre m'a offert quelque chose en gage de bienvenue, armes, équipements, et même un petit bateau. Je vais pouvoir enfin partir sur les traces de mes parents, découvrir ce qui leurs est arrivés…


… Le chemin de l’aventure m’attend sur le monde de Florensia…


 

Livre de Tryuun

Chapitre 2 Année de mes 17 ans Mon équipage et moi-même écumâmes la mer depuis 15 jours à la recherche d’un monstre des mers le « KimuKeu ».

Bien qui soit courant d’en trouver de partout, celui-ci à la particularité d’avoir les yeux dorés. Récupérer ces yeux était notre mission…


Conjugué avec un sort, ils devenaient fort utiles pour traduire certains parchemins magiques.


16e jours en mer.

Cette nuit, nous avons essuyé une tempête…nous avons eu très peu de dégâts. Mais nous avons dérivé de 12 % de notre route… J’ai un mauvais pressentiment…


17e jours en mer.


En effet à l’aube, mes doutes se confirment, notre dérive nous a emmené près du repaire des pirates la « Sea of bone »

On aperçoit déjà les pavillons noirs toutes voiles dehors…nous avions été repérés…


Branle-bas de combat, équipage sur le pont s’activant en manœuvre et prêt à en découdre. Les ordres fusent, les voiles claquent, les canons sont sortis, une odeur de poudre et d’huile nous enveloppe.

Les hommes sont prêts, déterminés, calmes, silencieux…


Notre navire est conçu pour les longs voyages et préparait à tout péril.

Leurs navires sont conçus pour la vitesse…


Les premiers bateaux nous rattrapent…

Nous manœuvrons pour être à portée de tir…tirons une salve, les hommes s’activent…une deuxième salve est tirée…

Nos boulets déchirent les voiles, fracassent les mâts et les hommes…

Et pendant des heures nous dansons sur la mer, nous dansons avec la mort, nous esquivons, nous tirons, les hommes tombent de chaque côté, le sang se mélange à la sueur et à l’huile…


Nous évitons l’abordage, car je sais que nous ne tiendrons pas face à autant de pirates bien que mes hommes soient d’excellents combattants.


J’ai 17 ans, capitaine d’un navire d’exploration avec sous mes ordres un équipage aguerrir…

Nous avons vécu et fait des tas de missions ensemble, passé des nuits à boire et à chanter, assisté aux naissances de nos enfants…nous sommes une famille, une guilde…


J’ai 17 ans, j’ai perdu une partie de mon équipage et je viens de tuer pour la première fois…


 

Livre de Tryuun

Chapitre 3

Année de mes 20 ans… Ce matin, très tôt, alors que le soleil n'est pas encore levé, le calme plane sur la place centrale de Castel Hall. J'avais oublié à quel point le silence peut être apaisant… Dans ces villes fortifiées, si loin des champs de bataille, on se sent en sécurité et on en oublierait presque les combats qui font rage contre les forces du mal qui parcourent notre monde.


Presque…


Je savoure une dernière fois ce moment de confort et de sérénité bien que… Je n'aime pas trop l'inaction, cela nous fait devenir nostalgique… On repense à tous ces combats, tout ce qu'on a laissé ou sacrifié derrière soi, tout ce sang versait qui coule maintenant dans les veines de la Moiira...

… Le soleil se lève lentement, me caressant le visage de ses doux rayons, la ville se réveille, s’anime, les cheminées fument…

…Mmmh ! Une bonne odeur de café, de pain et de bacon grillé, le sourire des serveuses…


… Le Général Renfield a demandé l’aide des guildes pour nettoyer Tulac et tuer leur chef Brenin pendant que l'armée s’occupera de nettoyer et de sécuriser les plaines de CastleField.


Une partie de ma guilde se trouve actuellement là-bas en train de se battre, les élites… L'autre partie étant moins expérimentée est répartie dans des secteurs moins dangereux…


Au fils de ces années, j'ai constitué une fine équipe, il y a :


Assassin37 de la maison Ghereg qui est une grande organisation constituée uniquement d'assassin, de redoutable tueur au nom chiffré. Distant et solitaire par moment, serviable et dur par d'autres, il en reste pas moins un très bon allié…


Namhatan qui nous vient du collège occulte souffre-jour ou d'éminents maîtres d'armes et de mages s'initient aux arcanes de puissants pouvoirs. Toujours (entrain) d'aider ses compagnons avec patience, il est un peu le grand frère que nous avons perdu dans cette guerre…


Hellyn est une princesse déchue et pourchassée par son royaume des fanatismes religieux, car elle a le don de guérir et de donner la mort chose interdite dans leur doctrine. Elle est devenue notre rayon de soleil, toujours de bonne humeur, barbe et fofolle par moment.


Youba malgré son jeune âge, il est le meilleur gladiator de la lande, il est un enfant rebelle, son entraînement, il a fait au Hall de fer…endroit dur, sombre et souillé par l'humiliation. Il est timide et peu bavard, mais on peut compter sur son épée…


HeianSteyr et Chris 2201 l'un est excavator, l'autre est guardianswordasman, ont survécu à l'indignation et à d'horribles tortures comme esclave à bord d'une galère ennemie. Aujourd'hui libres, ils sont deux jeunes fougueux pleins d'énergie qui ne pensent qu'à se battre et à faire des plaisanteries…


Et puis il y a mon second, Zaro…un joli brin de femme qui est à la fois, fragile, douce, dangereuse, tueuse et guérisseuse. Elle m'a à plusieurs reprises, sauver la vie dépassant même parfois, ces limites au risque de se mettre en danger…

C'est d'ailleurs pour elle que je suis revenu sur Castle Hall.

Atteint d'un mal incurable et inconnu qui parcoure notre monde, elle sombre de temps en temps dans un puissant sommeil de délire et de fièvre. Il n'y a rien à faire juste attendre et la soutenir… …


Parfois, je me dis que sans cette guerre, nous…on…enfin…


Le soleil se lève lentement, me caressant le visage de ses doux rayons, la ville se réveille, s’anime, les cheminées fument…


… De nouvelle fraîche et prête, elle est là prés de moi, notre regard se croise, nous sourions chaleureusement…

… Une nouvelle bataille nous attend.

 

Livre de Tryuun


Chapitre 4 A la mort du Maître, sa guilde n'y survivra. Du livre de loi de l'Union des guildes. Je suis Tryuun fils d'Auum mercenaire et de Thaye prêtresse faisant partie de la guilde AuBoutDuMonde, à leurs morts, je fus adopté par celle-ci.

A mes 16 ans je reçus mon premier emblème (depuis, j'en ai eu bien d'autres), mes premières armes et mon premier bateau, c'est ainsi que je partis à la conquête de Florensia.

Pendant toutes ces années aussi bien que par terre que par mer, j'ai combattu le mal, j'ai détruit des navires, j'ai vu mes compagnons tomber, j'ai tiré des centaines de balles toutes porteuses de la promesse de la mort… J'ai fréquenté diverses fraternités ce qui m'emmena finalement à créer ma propre guilde.

Mais le monde devenait de plus en plus dangereux obscure, la Navy et ces guildes subissaient d'énormes pertes, avaient du mal à contenir et à repousser les attaquants, perdaient chaque jour un peu plus de terrain, manquaient cruellement de ressources : elle qui est si précieuse pour mener à bien cette guerre…

Ce fut lors d'une de ces campagnes qu'il arriva ce qui suit.


Ma guilde les UnionPower2 avait été réquisitionnée pour nettoyer le donjon Avery et mettre un terme au maître des lieux : Robin.

N'ayant aucune autre guilde en couverture, j'avais dû faire appel à tous mes membres, du simple débutant au plus expérimenté. La Navy quant à elle, avait la charge de sécuriser l'extérieur.


Au début, le nettoyage fut un travail de longue haleine et de bourrinage, on taillait, on sécurisait, on se reposait…mais plus on avançait, plus on taillait, moins on se reposait. Le peu que nous réussissions à prendre était enclin à un mélange de rêves agité, de réveil brusque, d'angoisse, d'odeur de nourriture, de sueur, de poudre, de sang et de deuil…


Les combats étaient intenses et rudes, les secondes durèrent des heures, les heures durèrent des jours…


Le jour, la nuit, n'exista plus, seul resta le temps…

Le passé, le futur n'existèrent plus, seul resta le présent…

Combien de temps nous restait-il à vivre dans le présent…


Après une éternité, nous rencontrions enfin Robin, nous étions plus qu'une poignée… En haut de la balustrade, nous fixâmes cette salle ronde où dans son centre se tenait d'une immensité, d'une laideur et d'une aura d'une puissance extraordinairement malsaine, Robin entourait de sa garde rapprochée.


À cette vue horrifique et envoûtante comprenant que ce sera notre dernier combat, nous nous regardâmes et nous nous vîmes dans un piteux état, lasse, mais très déterminé.


Dans un cri de rage, de haine, de vengeance pour nos compagnons perdus, nous sautâmes par-dessus la rambarde.


Robin mourut emportant avec lui certain des nôtres et moi-même…


Les survivants furent secourus et soignés par la guilde LaTableRonde qui leur donna asile…


Mais le monde de Florensia avait besoin d'un anti héros, ainsi, fut programmé ma renaissance.


De la vie à trépas, je fus Tryuun, de trépas à la vie, j'étais devenu Tryuun le tueur lointain.

 

Poème :

Virevoltant virevoltant sur un air de florensia, mon cœur gonflait de tristesse s’allège pour se remplir de gaieté et de bonheur. Virevoltant virevoltant sur un air de florensia, l’ivresse de la musique me fait tourner la tête, j’ai les yeux qui pétillent, je ris comme une gamine. Virevoltant virevoltant sur un air de florensia, sur les planches du bal sous le ciel aux mille étoiles, les cheveux dans le vent, Je tourne, tourne sous les regards émerveillaient des garçons. Virevoltant virevoltant sur un air de florensia, mon cœur bat la chamade quand je le vois, ce garçon est si beau, dans ces yeux, j’ai l’air d’une princesse. Virevoltant virevoltant sur un air de florensia, main dans la main, yeux dans les yeux, on tourne, tourne plus rien n’existe et nos éclats de rire réveillent la vallée. Virevoltant virevoltant sur un air de florensia, c’est le cœur plein d’amour que je rentre chez moi, ce fut une belle soirée, une soirée merveilleuse.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout